JOSEPHA FABER BOITEL

Le blog au cœur des pensées

« Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que de voir, et assez d'obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire. »

Blaise Pascal

« Le légalisme, c’est l’ennemi de la liberté ! »

11 octobre 2017

« Le légalisme, c’est l’ennemi de la liberté ! »

#Réflexion-Spiritualités

2nde partie de notre étude sur la liberté : la vérité rend libre et nous ne devons pas confondre application des lois, respect de la Loi et légalisme aveugle. suite de mon article "Comment sommes-nous libres ?"

La bienveillance doit l’emporter sur la stricte observance des règles.

Faites passer le mot ! Ce n’est pas de moi mais de Fred… qui le tient de Jean : «la loi a été donnée à travers Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues à travers Jésus-Christ. » (Jean 1.17). Paul complètera en ces termes : « Si vous êtes morts avec Christ aux principes élémentaires qui régissent le monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous soumettez-vous à toutes ces règles. » (Col.2,20)

 

La professeure que je suis ne peut s’empêcher de citer un auteur un peu désuet et d’insister sur le fait que la bienveillance et la spiritualité n’appartiennent à aucune religion et que toutes devraient les pratiquer :

 

          « Le bonheur, le vrai bonheur, produit de l'éducation et de la santé, consiste dans le désir d'augmenter la joie de nos semblables, dans une association avec des êtres sympathiques, dans l'absence de superstition, dans la bienveillance, dans la charité, dans le culte de la vérité, dans l'usage complet de la liberté individuelle. » Citation de Eugène Sue ; Maximes et pensées diverses (1857)

 

Le paradoxe de la liberté c’est qu’elle grandit au service des autres.

Jésus rend visite aux prostituées, s’affranchit des règles du Sabbat…j’ajouterais que d’autres modèles inspirés par cette liberté parlent à tous : Gandhi, mère Thérèsa, l’abbé Pierre, Damien de Molokaï ont ouvert leur cœur et leurs bras aux lépreux, ont rejeté le principe des castes, ont lutté contre l’exclusion.

 

Merci Fred de la belle citation de Luther dont l’antithèse résume tout :

 

« Le chrétien est un libre seigneur sur toutes choses et il n’est soumis à personne.

Le chrétien est un serviteur obéissant en toutes choses et il est soumis à tout un chacun. »


A votre guise, remplacez « chrétien » par « homme bon »« citoyen », etc. Le texte vous parlera d’autant plus !

 

Paul, Augustin, Antoine, vous et moi.

La charité, autrement dit l’amour, devrait nous guider, selon le conseil, primordial d’après moi, de Paul :

          « J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien…» (Cor. 1, 2)

 

Fred a cité à juste titre Augustin d’Hippone dont nous devrions suivre le précepte :

          « Aime et fais ce que tu veux ».


L’amour n’appartient à aucun dogme, la bienveillance à aucune obédience, il serait souhaitable que nos actions et l’expression officielle de notre opinion amènent une attitude de prise en compte d’autrui universelle.

 

Dans son exposé, Fred concluait par « La Liberté c’est un appel », j’acquiesce et je rajoute « L’Amour, c’est un appel ! ». Je laisse le mot de la fin à Antoine de Saint-Exupéry :

          « On ne voit bien qu’avec le cœur. » (Le Petit prince)

 

 

  Dans mon prochain article, j'aimerais approfondir cette réflexion sur le légalisme : en évoquant l'importance de la symbolique et de l'interprétation littéraire au service du spirituel, en abordant le libéralisme protestant. 

500 ans de la Réforme : ma sélection de lectures Comment sommes-nous libres ?

© 2017 tous droits réservés, crédits textes Josepha Faber Boitel 

© 2017 tous droits réservés, crédits photos Jean-Christophe Boitel