JOSEPHA FABER BOITEL

Le blog au cœur des pensées

« Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que de voir, et assez d'obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire. »

Blaise Pascal

Comment sommes-nous libres ?

04 octobre 2017

Comment sommes-nous libres ?

#Réflexion-Spiritualités

Une intervention sur « La liberté », prononcée il y a 15 jours, à la CCBSA, m’a beaucoup nourrie. J'aimerais la partager avec vous aujourd’hui, car certains points de la réflexion de Fred, l’orateur, sont en écho avec ma conférence du 7 octobre, lors de l'AG annuelle des AFP. J’en profite d’ailleurs pour saluer ce speaker hors pair qui se reconnaîtra je l’espère dans les propos que je lui emprunte et le résumé que je vous propose dans ce post.

Pour aborder « la liberté" sur le plan littéraire et philosophique aussi bien que spirituel et social, une hypothèse de départ est posée : nous sommes libres mais de quelle liberté s'agit-il et comment l'exercer ?

D'où le titre de mon article aujourd'hui : « Comment sommes-nous libres ? »

 

La liberté dans notre société démocratique a été défendue au fil des siècles, personne n’a oublié le slogan de mai 68 : « Il est interdit d'interdire ».

Toutefois la nature nous impose des limites, nos propres capacités, tandis que loi garantie la liberté de tous en posant des limites individuelles avec comme principe que « la liberté de chacun s'arrête là où celle d'autrui commence ».

 

Notre liberté de citoyen s'exerce donc dans un cadre légal, pour assurer le bien commun. Mais qu'en est-il de notre liberté intérieure ?

Aujourd’hui, notre liberté de pensée est garantie, acquise et protégée, de même que la liberté de réunion et d'expression.

Mais cette liberté de pensée, aussi intérieure soit-elle, se confronte souvent à des normes morales, et s'il n'y en avait pas, ou si Dieu n'existait pas.... Bref, si des principes de conduite n'existaient pas « alors tout serait permis ».  La liberté sans limites deviendrait un fléau général et un fardeau personnel. « L’homme serait condamné à être libre » !

 

Ce point m'interpelle par rapport à l'analyse que je fais moi-même d'Adam face à la liberté qui lui est offerte. Je pense aussi qu'Adam, et par conséquent tout homme, est doté de la « capacité de choisir et d'assumer ses choix ». C'est pourquoi je proposerai samedi une réflexion affinée du rapport d’Adam à la Parole divine que l'on réduit trop souvent à un interdit au lieu d'y voir une guidance.

 

J'ai retenu de la première partie de l'intervention de Fred une définition pertinente selon moi de la liberté et du libre-arbitre : « La liberté c'est faire des choix qui coûtent ». Samedi 7 octobre j’aborderai à ma façon la liberté comme responsabilité dans le temps humain et ses tribulations quotidiennes.

 

Mon prochain article résumera la suite de cette intervention sur la liberté mais en suivant le plan de Fred, dans une perspective de théologique pratique.

« Le légalisme, c’est l’ennemi de la liberté ! » Une conférence pour comprendre le rôle des femmes dans la radicalisation

© 2017 tous droits réservés, crédits textes Josepha Faber Boitel 

© 2017 tous droits réservés, crédits photos Jean-Christophe Boitel